Comprendre le métavers

 

Commençons par le commencement, en répondant à la question suivante : qu’est-ce que le métavers ? Metaver ou « metaverse » en Anglais est la contraction de 2 mots « meta » (qui signifie « au-delà » en Grec ancien) et « univers ». Le métavers est donc un univers qui va au-delà, au-delà du réel. En 2022, le métavers désigne un réseau d’environnements virtuels en constant mouvement, dans lequel des personnes peuvent agir entre elles (à travers des avatars) ou avec des éléments. Le métavers est présenté comme un outil capable de relier le monde virtuel avec le monde réel. En d’autres termes, un univers virtuel entièrement numérique connecté au monde réel.

Le mot « métavers » a commencé à inonder le Web, en octobre 2021, lorsque le P.D.G. de Facebook, Mark ZUCKERBERG, a annoncé que le groupe Facebook changeait de nom pour devenir Meta, en référence au métavers ; donnant ainsi à cet univers virtuel une toute nouvelle dimension.

Même si le concept de métavers n’est pas récent (il est apparu, pour la première fois, il y a plus de 30 ans, dans le roman de science-fiction, de Neal STEPHENSON, Le Samouraï virtuel), il était surtout connu des « gamers ». Aujourd’hui, le métavers s’invite dans tous les environnements : mode, musique, éducation, sport et… immobilier !

Ouvrir le champ des possibles

Le développement du métavers a été rendu possible, principalement, grâce aux avancées faites dans les domaines de la réalité virtuelle (VR) et de la réalité augmentée (AR). Il se présente comme le successeur de l’Internet actuel : un ensemble de mondes virtuels immersifs, où jeux vidéo, réseaux sociaux, espaces collaboratifs, sites Web, places de marché… se rencontrent. En résumé, un monde ultra connecté dans lequel les utilisateurs auront accès à tout (ou presque tout).

Le domaine de l’immobilier n’est pas en reste du développement du métavers. En 2021, les prix de l’immobilier dans le métavers ont connu un essor spectaculaire. Les terrains virtuels sont considérés comme un placement hautement rentable par certains investisseurs. Les terrains virtuels sont des biens intangibles, qui existent dans le monde virtuel. À l’instar des terrains physiques (et réels), les terrains virtuels sont vendus sous forme de parcelles.

Aujourd’hui, plusieurs mondes virtuels permettent d’acheter des biens immobiliers, comme The Sandbox ou Decentraland. Cette dernière est une plateforme virtuelle composée de 90 601 parcelles de terrain, représentées par des jetons non fongibles (des jetons cryptographiques, également connus sous l’abréviation NFT) qui peuvent être achetés en utilisant la crypto-monnaie MANA.

Imaginer l’immobilier de demain

Sur ces plateformes, les terrains virtuels se vendent des centaines de milliers de dollars (en juin 2021, un terrain s’est vendu l’équivalent de plus de 900 000$ sur Decentraland). Compte tenu de l’intérêt croissant pour le métavers, le retour sur investissement semblent prometteur pour les spéculateurs avertis en crypto-monnaie. En effet, certains investisseurs sont en mesure de « mettre en service » leurs terrains pour en tirer des revenus virtuels.

Exemple 1 : l’organisation d’un concert virtuel sur un terrain avec un droit d’entrée pour toutes les personnes/avatars souhaitant y assister.

Exemple 2 : la construction d’une maison virtuelle sur un terrain, en utilisant des NFT, pour la louer pour des réunions ou pour la convertir en galerie d’art.

Aussi, de plus en plus de marques sont en train d’investir dans le métavers de Decentraland et The Sandbox : Adidas, Samsung, H&M, Sotheby’s, pour n’en citer que quelques-unes.

Certes, l’immobilier virtuel n’est pas une nouveauté (les joueurs de jeux vidéo achètent et vendent des terrains depuis longtemps). La nouveauté réside dans les opportunités croissantes créées par le développement du métavers pour acheter des terrains et revendiquer ainsi une possession, un droit dans un monde virtuel.

Aussi, aux yeux de beaucoup de personnes, investir des terrains virtuels peut sembler risqué, voire complètement saugrenu. Néanmoins, l’enthousiasme croissant pour le métavers nous amène à nous poser des questions sur la place de l’immobilier dans le monde actuel et dans le monde de demain. À votre avis, le métavers représente-t-il une réelle opportunité d’expansion pour les agences immobilières ? Quel rôle pour les spécialistes de l’immobilier dans cet univers virtuel ? Le futur de l’immobilier se trouve-t-il dans le métavers ? Le débat est ouvert !

 

Equipe marketing Agences Réunies

rédacteur : Claire Obry – agence Be Comm Barcelona